Étude de la Cène, de De Vinci

de_vinci_Cene_2

De Vinci, La Cène, fresque à la détrempe et à l'huile, 460*880 cm, 1494-1498. Milan, Santa Maria delle Grazie, couvent dominicain.

Cliquer sur l'image pour la voir s'afficher en taille réelle.


Léonard de Vinci, grand savant du XV° siècle, a participé à la diffusion d'un art différent de celui réalisé jusque là, notamment grâce à l'application des règles de la perspective. Pourtant, dans son tableau la Cène, l'image perspective de ses assiettes n'est pas correcte.

En peignant la Cène, Léonard de Vinci a été en effet confronté au problème de la représentation des assiettes. Cette fresque est très large (vous pouvez voir les conséquence d’une représentation élargie sur la figure ci-dessous). Les assiettes disposées sur la table ne sont pas conformes aux règles de la perspective. Le peintre a préféré les représenter de façon à ce qu’une personne qui se déplace devant la fresque ne soit pas troublée et voit toutes les assiettes dans la même perspective. Véronèse applique la même règle dans les noces de Cana.

Il faut noter ici que le peintre peut se permettre cette transgression de la perspective car il en connaît lui-même les lois.  Son but n'est pas de faire passer un symbole, mais bien de montrer au spectateur une représentation la plus "vraie" possible, ce qui est le principe même de la perspective, le spectateur n'en est pas choquer mais au contraire, il apprécie la véracité de l'oeuvre.

c_neg_ogebra
 

Cliquer sur l'image pour la voir s'afficher en taille réelle.

Représentation d'assiette d'un point de vue en perspective exact.

Sur la figure ci-dessus, on a dessiné des assiettes dont la représentation en perspective est exacte si le point de fuite est H et le point de distance I. Sous la ligne, on a dessiné les assiettes vues de dessus et au dessus de la ligne, on a représenté les mêmes assiettes vues en perspective.
 

 

De Vinci aurait aussi pu, comme dans une œuvre de Marcel Duchamp (1887-1968), placé le tableau dans une chambre close, visible seulement par un petit orifice pratiqué dans une cloison. Le point de vue aurait été unique, le spectateur n’aurait pas été troublé par la représentation de la perspective.