Filippo Brunelleschi : inventeur de la perspective

On attribue à Brunelleschi (1377-1446), peintre, orfèvre et architecte de l'école florentine, l'invention de la perspective. N'ayant pas trace de ses travaux, il peut paraître difficile d'interpréter ce que ses biographes ont écrit. Pourtant grâce à la description de sa fameuse expérience, on comprend qu'il avait déjà acquis un grand nombre des notions fortes de la perspective.
Dans son expérience -voir la partie Renaissance, où l'expérience est illustrée-, Brunelleschi se plaça devant le baptistère Saint-Jean de Florence muni d'une planchette en bois percée d'un trou en son milieu et d'un miroir. Un des côté de la planchette représentait une partie du baptistère qu'il avait peint, l'autre côté était laissé nu.
Puis, il plaça l'envers de la planchette devant ses yeux, en plaçant un œil devant l'orifice pratiqué dans celle-ci. Tout en conservant cette planchette dans une main, il soutenait de l'autre son miroir, celui-ci placé entre le baptistère et la planchette.

Brunelleschi voyait ainsi le dessin superposé au baptistère former un tout : le dessin représentait "le vrai".

Dans son expérience, Brunelleschi identifie le point de fuite en tant que projection du point de vue grâce au jeu du miroir. Ces deux point sont donc définis ensemble, ils forment une paire indissociable. On sait, en effet, que dans une représentation perspective chacun dépend de l'autre.
De plus, le fait que Brunelleschi n'ait pratiqué qu'un seul orifice dans sa planchette, signifie qu'il assimile déjà le point de fuite comme un point unique et fixe.
Le fait que seule la distance du miroir entre le baptistère et le peintre soit variable, montre que les lois de la perspective reposent sur les distances.

voir la suite : Alberti