<p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p>Introduction à la perspective</p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p>

La Renaissance : le tournant de la représentation en perspective

 

La Renaissance voit naître des traités qui vont révolutionner la peinture. Mais cette révolution dans les arts est aussi en lien étroit avec une révolution idéologique, culturelle et économique, une laïcisation de plus en plus marquée et l'apparition des premières pensées humanistes et rationnelles.


<p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p>Introduction à la perspective</p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p>

C’est Fillipo Brunelleschi (1377-1446) qui exposa le premier les principes de la perspective artificielle (en opposition avec la perspective « naturelle » de la vision humaine). Il n’a laissé aucun traité, aucune explication de sa méthode. Nous sommes pourtant certains que c'est lui qui a découvert la perspective grâce aux textes de ses biographes.

 


Il en fait la démonstration par une expérience réalisée en 1415 à Florence grâce à un miroir et un dessin monté sur une planchette. Il réalise d'abord un dessin du baptistère de Florence selon une perspective rigoureuse (ligne d'horizon, point central et lignes convergentes). Son dessin est monté sur une planchette dans laquelle il a percé un trou pour voir l'image du baptistère de la cathédrale se réfléchir dans le miroir. Son dessin se superpose alors parfaitement à l’édifice réel : c’est une illusion parfaite de la réalité.


brunelleschi_exp_rience

<p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p>Introduction à la perspective</p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p>

Homme regardant l’image superposée avec le baptistère de Florence.

Cliquer sur l'image pour la voir s'afficher en taille réelle.


brunelleschi_exp_rience2

<p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p>Introduction à la perspective</p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p>

Image que l'homme voit du baptistère superposée avec le dessin de Brunelleschi.

Cliquer sur l'image pour la voir s'afficher en taille réelle.

voir la page consacrée à Brunelleschi


<p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p>Introduction à la perspective</p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p>

La fresque de la Sainte Trinité du peintre florentin Masaccio (1401-1428) est la première à respecter les principes de la perspective géométrique découverts par Brunelleschi. On peut considérer que son œuvre marque le début de la Renaissance picturale. C’est sous l’influence de la peinture de Giotto (1267-1337) que va partir le mouvement de Renaissance picturale.

Masaccio_sainte_Trinit_

<p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p>Introduction à la perspective</p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p>

Ci-dessus et ci-dessous. Masaccio, fresque de la Sainte Trinité, église Santa Maria Novella. Florence, 1426.

Masaccio_sainte_Trinit__traits

Cliquer sur les images pour les voir s'afficher en taille réelle.


<p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p>Introduction à la perspective</p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p>

Peinte sur la surface d'un mur, la fresque donne l'impression à l'observateur de regarder à l'intérieur d'un espace tridimensionnel. En effet, le peintre a suivi les règles de la perspective en faisant converger les lignes du plafond vers un point de fuite unique.

<p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p>Introduction à la perspective</p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p>

La véritable explication géométrique et mathématique de la perspective est donnée par Léon Battista Alberti (1406-1472) dans son traité De Pictura (1435). Il y explique que l'œil constitue le point de vue à partir duquel se construit une pyramide visuelle. La surface plane du tableau où se forme l'image constitue la base de la pyramide. Aujourd'hui, on associe cette pyramide à un cône.

La «  construzione legittima » d'Alberti :
L'image du haut présente un carrelage vu de dessus. L'image du bas présente la mise en perspective du même carrelage avec la méthode d'Alberti. La droite (T) désigne le tableau, le point O l'œil de l'observateur.

act1

act1_
Cliquer sur les images pour les voir s'afficher en taille réelle.


voir la page consacrée à Alberti

<p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p>Introduction à la perspective</p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p>


Piero della Francesca (vers 1412 ou 1420-1492) continue dans la lignée d’Alberti. Son traité « De la perspective en peinture » marque le passage de la perspective naturelle basée sur l’optique à la perspective artificielle reposant sur la géométrie.

voir la page consacrée à Piero della Franscesca

<p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p><p>Introduction à la perspective</p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p></p>


Leonardo da Vinci (1452-1519) reste le plus connu de tous les artistes de la Renaissance grâce à son tableau  La Joconde. Il participa lui aussi à la diffusion d’une idée de perspective dans les œuvres. Il crée notamment la technique du Sfumato qui permet de rendre plus réelles les ombres et lumières des tableaux, technique très utilisée dans la reproduction de la perspective.


Albretch Dürer (1471-1528), joue lui aussi un grand rôle dans l’histoire de la perspective à travers son traité « Underweysung der Messung » où il mentionne en autre la représentation perspective d'une ombre. C’est aussi lui qui invente le perspectographe simple à œilleton, instrument primordial pour une représentation la plus exacte possible de l’espace dont il fait la démonstration dans son traité.

voir la page consacrée au perspectographe

voir la page "mise en pratique de la fenêtre de Dürer"

voir la page consacrée à Albrecht Dürer


On peut aussi citer le mathématicien Girard Desargues (1591-1661), qui théorise la géométrie perspective et la géométrie descriptive. La géométrie perspective étant le fondement mathématique de la perspective, elle considère celle-ci comme une notion géométrique à part entière.

voir la page consacrée à Girard Desargues

voir la suite : les différentes utilisations à travers les âges